Auto. script execution
REVMA : agir sur le CLIMAT en assurant plus efficacement la structuration des filières économiques prioritaires en Afrique

PROJETS CPCCAF



Présentation, raison d'être

 

Le projet REVMA pour le CLIMAT vise plus particulièrement à l’implication des entreprises (PME) africaines dans les grands projets technologiques et urbains qui sont notamment relatifs au développement de villes intelligentes / résilientes sur le continent. Les chambres consulaires ont, de fait, un rôle certain à jouer pour former et « mettre à niveau » les chefs d’entreprises africains qui seraient potentiellement concernés, et aussi pour organiser leur syndication afin de leur permettre de participer aux réponses aux appels d’offres. L’expérience du « parcours de l’entrepreneur » mené par la CCI de Pointe Noire (République du Congo) ou par la CC de Djibouti pourrait être ainsi plus largement diffusée dans ce cadre.

Mais il peut aussi adresser la structuration de filières économiques prioritaires (compte tenu des opportunités de développement et des enjeux climatiques) pour permettre une évolution choisie vers la transformation locale des produits (exemple : transformation du bois en Afrique centrale), grâce à la valorisation du capital humain et des matières disponibles au plan local

La méthodologie de REVMA :

 

  • Etude préalable : pré-qualification des filières (par exemple, agricoles / agro-alimentaires) possiblement porteuses / évaluation financière et socio-é économique pour chaque filière / définition de modèles d’affaires et de développement par filière ;

 

  • Conférence de consensus : établissement d’une discussion entre les parties participantes, fondée sur leurs choix respectifs correspondant à leurs orientations spécifiques / construction et comparaison de scenarii offrant le maximum de valeur socio-économique (avec approche multicritères) / recours à des expertises externes pour des échanges constructifs ;


  • Programme d’actions : classement et notation des scenarii au regard des critères définis / établissement d’un consensus / adoption d’un scenario par les parties participantes à la conférence.


Mise en place du programme (4 actions) :

A partir du moment où le consensus est établi / validé sur la (ou les) filière(s) de transformation agro-alimentaire (ou autre) qui sera (ou seront) accompagnée(s), les actions dont la mise en œuvre sera envisagée seront détaillées et organisées autour de 4 axes prédéfinis visant à la dynamisation de l’entrepreneuriat (démarche de compagnonnage entrepreneurial).

  • Formation des créateurs / primo-entrepreneurs

L’objectif est de favoriser la réussite des projets de création d’entreprise et l’accompagnement des porteurs de projets. A l’instar du stage SPI des CMA en France, ainsi que du programme des 5 jours pour Entreprendre du réseau des CCI, la CCIAM Pointe Noire, à la faveur du programme de compagnonnage consulaire, a ainsi mis en place le programme primo-entrepreneurs. Chaque mois, il s’agit d’une dizaine de porteurs de projets qui suivent un parcours de formation afin de sécuriser le lancement de leurs projets.

  • Parcours de l’entrepreneur

Partant du constat que les chefs d’entreprises africains étaient peu formés au métier de dirigeants, la CCIAM de Pointe Noire, dans le cadre du projet pilote du compagnonnage consulaire, a mis en place le programme Parcours de l’Entrepreneur. 33 dirigeants d’entreprises ont été diplômés sur la promotion 2017, à l’issue d’un parcours de formation de 20 jours : finance, management, gestion, développement commercial, juridique, RH, stratégie d’entreprises, accès aux marchés publics. Les entreprises labélisées ont eu à présenter en fin de Parcours un business plan et un plan d’actions stratégiques, devant un jury composé de représentants de grands groupes et de dirigeants expérimentés. Enfin l’aboutissement du Parcours est également de favoriser le développement du business des entreprises de nos territoires, ainsi plusieurs bénéficiaires du Parcours ont pu nouer des relations commerciales en France à la faveur des relations de proximité entre la CCIAM de Pointe Noire et les chambres françaises.

  • Relation donneurs d’ordres – sous-traitants

La suite logique de l’accompagnement des dirigeants d’entreprises est de favoriser le développement de leur activité, notamment en profitant de la présence des grands groupes qui peine à réaliser leurs engagements en matière de local content. Au vu de l’expérience menée par la CCIAM PN (projet Bomoko - unité en lingala) et permettant de réunir autour d’une grande entreprise (par exemple, Casino), le sujet de la relation commerciale entre les donneurs d’ordres et les entreprises locales devrait être ainsi intégrée dans un programme global d’accompagnement du secteur privé. Cette mise en relation peut préfigurer le clustering (exemple : Cosmetic Congo animé par la CCIAM de Pointe Noire) et favoriser le business collaboratif afin de répondre aux appels à projets des donneurs d’ordres (cluster Breizh EMR piloté par la CCI Côtes d’Armor).

  • Constitution de réseaux de dirigeants

Afin de consolider les étapes précédentes, il peut être proposé la mise en réseau des bénéficiaires des accompagnements proposés afin de poursuivre les échanges et les synergies entre les dirigeants. La méthodologie PLATO, mise en œuvre par les CCI en France (150 dirigeants dans le réseau PLATO CCI Côtes d’Armor), est particulièrement adaptée au maintien du lien entre les entreprises. Ce réseau constitué de 15 dirigeants, est animé par la CCI et des cadres de grandes entreprises. Les réunions des membres ont lieu une fois par mois sur tous les sujets de préoccupations des dirigeants : développement commercial, management, production, productivité, …

Forum
Aucun fil de discussion.
Membres

0
3 / 61

Aucun commentaire
chooser_blocks
Chargement...
Do4Change by Gabriel RABHI (c) 2015-2017